mercredi 13 octobre 2021

Liste de passagers du SS Berengaria Départ New York 15 mai 1923, Arrivée Cherbourg 21 mai 1923

Dans le cadre d'une possible nouvelle demande de révision exprimée par Denis Seznec, j'effectue des recherches complémentaires pour affiner le résultat de mes découvertes concernant l'implication de Leon Turrou dans l'affaire Seznec. 

Il faut toutefois souligner la difficulté d'une telle entreprise. Ni la Sureté Générale (Vidal, Bonny), ni le juge d'instruction (Campion) n'ont entrepris la moindre recherche pour vérifier les dires de Guillaume Seznec, Pierre Quéméneur, Ernest Ackermann, Jean Pouliquen, Gabriel Saleun. Le plus surprenant est que le défenseur de Guillaume Seznec, Marcel Khan évite lui aussi d'en parler. Pourtant, en 1923, il aurait été très facile de retrouver la trace de cette affaire de Cadillac, la petite annonce OIR et d'éviter ce fiasco judiciaire... Malheureusement, aujourd'hui de nombreuses preuves n'existent plus. 

 Il n'y a jamais eu un vaste trafic de Cadillac issue des stocks comme nous l'avions démontré dans notre précédent ouvrage. Par contre, nous avons prouvé qu'une affaire de Cadillac plus modeste a bien existé avec la Russie des Soviets notamment à destination de la Tcheka. Je pense que Denis Seznec a fini par l'admettre après la lecture de mon livre "Affaire Seznec : les archives du FBI ont Parlé".

Des recherches sont toujours en court notamment pour retrouver la liste des passagers du Transatlantique Berengaria. Ce paquebot a quitté le port de New York le 15 mai 1923 pour arriver à Cherbourg le 21 mai 1923 et Southampton le 22 mai 1923. Cette liste n'est qu'un élément parmi beaucoup d'autres mais il est important.


Leon Turrou Récapitulatif de dates qui nous intéressent : 


- 17 mars 1923 :     départ de leon Turrou du Havre en direction de New York sur SS Paris

- entre le 4 et 10 mai 1923 :     entretien de Leon Turrou avec Herbert Hoover à New York

- 15 mai 1923 :     départ du Berengaria en direction de Cherbourg

- 21 mai 1923 :     16:00 débarquement des passagers du Berengaria à Cherbourg 

                               20:30 appel téléphonique de Seznec à Quéméneur   

- 7 juillet 1923 :     Départ de Leon Turrou de Cherbourg en direction de New York sur SS Berengaria

Si mes calculs sont exacts, le nom de Leon Turrou devrait se trouver sur la liste des passagers du Berengaria au départ de New York, le 15 mai 1923.

 

Archives Françaises Liste de passagers Berengaria Cherbourg Mai 1923


J'ai pris contact avec la cité de la mer à Cherbourg mais ils ne disposent pas de listes de passagers.

Quant aux archives départementales de la Manche, voici ci-dessous, la réponse du chef de service de la Direction des archives départementales, M Nicolas Joulaud :

En réponse à votre demande ci-dessous, je vous informe qu’en raison des évènements liés au confinement actuel, les archives départementales de la Manche suspendent les recherches pour le compte des particuliers.

Néanmoins, à titre exceptionnel, des recherches ont été menées dans le but de répondre à vos attentes. Je suis au regret de vous informer que les Archives départementales ne disposent pas de documents douaniers attestant de l’entrée sur le territoire français de touristes étrangers.

...

 Je vous invite éventuellement à mener vos recherches sur le site suivant :

https://www.libertyellisfoundation.org/passenger-result

Il est notamment fait référence à un Leon George TURROU ayant pris le Berengaria en 1923…

Vous souhaitant pleine réussite dans vos démarches.


Archives UK Cunard Passenger list Berengaria May 1923


En ce qui concerne les archives du Royaume-Uni, il existe bien la liste des passagers qui ont débarqué à Southampton, le 22 mai 1923 dont voici un extrait :

 

Liste de passagers du Berengaria 22 mai 1923

 

Bien entendu, le nom de Leon Turrou est absent.

Les archives de la Cunard sont gérées par l'Université de Liverpool. Je les ai contactés, voici la réponse  :

Special Collections and Archives University of Liverpool

Dear Bertrand Vilain, 

Many thanks for your message. 

As the Cunard Archive is a business archive, the majority of records within it are administrative in nature. As a consequence there are very few passenger lists within the archive, with the most of those that we do have being individual examples donated by members of the public.

After checking the passenger lists that we hold, we regret that we have been unable to find anything relating to your enquiry.

I have attached a copy of our information sheet on tracing passengers, which may suggest other avenues for you to continue your search.

I wish you all the best for your research in the future.

Kind regards, 

Beth

 

Archives privées


Il existe une autre possibilité de retrouver la liste de passagers. En effet, Cunard lines éditait un magazine pour chaque voyage avec les services à bord, de la publicité ainsi que la liste de l'équipage et des passagers. Ce guide était souvent conservé précieusement par les passagers comme souvenir. Il existe par exemple sur le site :https://www.gjenvick.com/ un exemplaire appelé RMS Berengaria Passenger List - 5 May 1923. Il s'agit du voyage transatlantique entre Southampton et New York via Cherbourg le 5 mai 1923.
 
 
 
Liste de passagers Berengaria (https://www.gjenvick.com/)


Si un collectionneur dispose de la liste de passagers du Berengaria au départ de New York le 15 mai 1923, merci de me contacter monsieurbrocanteur@gmail.com. 

 
© Bertrand Vilain/MonsieurBrocanteur (reproduction interdite sans autorisation)
 

dimanche 19 septembre 2021

L'inspecteur Bonny et une demande de révision

Ceux qui suivent l'affaire Seznec savent qu'il y a actuellement un intérêt grandissant pour une nouvelle et probablement dernière demande de révision. Nous constatons que le public est toujours dans une très large majorité convaincu de l'innocence de Guillaume Seznec. A titre personnel, j'ai acquis la certitude qu'il avait été la victime d'une erreur judiciaire qu'assez tardivement et à la suite de mes découvertes sur le trafic de Cadillac. C'est le cœur de toute l'affaire Seznec avec cette mystérieuse vente de Cadillac à la Russie des Soviets. Un américain du nom approximatif de Scherdly ou Charly en était l'intermédiaire en France.

Le commissaire Vidal a chargé l'inspecteur Bonny de rechercher ce fameux américain. Le 25 juin 1923, Bonny a trouvé un Suédois du nom de Scherdin dont les bureaux se situaient au 1 Bd Malesherbes à Paris. Ce scherdin avait une fiche à la Sûreté Générale pour avoir soi-disant tenu des propos favorables à l'Allemagne pendant la guerre. La Préfecture de Paris avait ordonné l'expulsion puis devant la faiblesse des charges avait renoncé à son exécution. La piste suivie par Bonny s'avère être fausse et l'inspecteur s'en rend compte le jour même après un entretien avec le consul de Suède. Bonny fait un rapport le 8 juillet, un dimanche. C'est la seule investigation qui sera entreprise pour mettre à jour cette affaire de Cadillac. Elle sera enterrée et oubliée.

Bonny a déclaré le 27 décembre 1944, avant d'être fusillé qu'il regrettait d'avoir envoyé au bagne un innocent en parlant de Seznec. Selon les propos rapportés par son fils, Jacques Bonny, "moi qui avais participé à l'enquête, j'étais certain qu'il avait tué le conseiller général Quéméneur. Ce n'est que bien des années plus tard que j'ai eu la certitude, pour ainsi dire formelle, que Seznec était innocent. Et pourtant, il est au bagne depuis plus de vingt ans et par ma faute, parce que je me suis trompé de bonne foi..."

Sur cette affaire, c'est quasiment la seule investigation faite en responsabilité par Bonny. En juin-juillet 1923, si des recherches sérieuses avaient été entreprises, il aurait été facile de retrouver l'américain et de résoudre toute cette affaire.

Pourtant, il y a bien eu une affaire de 24 Cadillac vendues à la Russie des Soviets vers le mois de mai 1923. Quéméneur, Saleun, Achermann, Pouliquen et Seznec donnent des détails très précis qui s'avèrent être justes. Il y a donc eu un Américain en poste à Moscou qui était en contact avec les services spéciaux soviétiques qui les a informés.

Le seul américain possible qui correspond au profil fait par Quéméneur, qui est présent aux mêmes dates et lieux que l'affaire Seznec, qui était au cœur du pouvoir soviétique et qui parle français, anglais, russe a été retrouvé. Il s'agit de Léon Turrou.

Pierre Quéméneur a indiqué qu'il avait été mis en relation avec cette affaire de Cadillac par une petite annonce. Cette annonce existe bien et elle a été retrouvée. 

 

Léon Turrou, ancien agent du FBI, Lieutenant-colonel dans l'armée américaine apparaît sous un jour de plus en plus sombre. Il sera impliqué dans une série d'activités douteuses et dans une vaste escroquerie concernant la liquidation des stocks US en Europe après le second conflit mondial.

Tous ces éléments et d'autres sont argumentés, prouvés par de nombreuses archives. Il manque encore quelques éléments comme par exemple la liste des passagers du Berengaria qui ont débarqué à Cherbourg le 21 mai 1923 à 16:00. Le nom de Leon Turrou devrait y figurer. Des recherches sont en cours dans les archives UK.


Rapport de l'inspecteur Bonny





Affaire Seznec Bertrand Vilain
Affaire Seznec : Les archives du FBI ont parlé


Bertrand Vilain, brocanteur breton à l'international, partage sa vie entre le Finistère et le Texas. Il est passionné par l'affaire Seznec depuis 2006. Il a déjà écrit un ouvrage publié en 2011. En 2018, avec Denis Langlois et une équipe de bénévoles, il a coordonné des fouilles privées à Morlaix dans l'ancienne scierie de Seznec. Il a participé à plusieurs reportages TV sur planète +, France 2, France 3. Il a fait l'objet de nombreux articles de journaux.

Affaire Seznec Franc2 France 3 Planête +

Nouvelle version corrigée, revue, augmentée en 2021

Pour commander : 

- visitez notre page de vente avec une petite vidéo et paiement sécurisé :

 
ou

https://www.etsy.com/fr/listing/778890531/affaire-seznec-les-archives-du-fbi-ont


- version livre broché en payant par chèque de 19,80 € plus 4,67 € de port soit un total de 24,47 € (à l'ordre de Bertrand Vilain)

adressé à :

MonsieurBrocanteur éditeur
Moulin de Saint Eloy

29460 Saint Eloy

indiquez votre prénom/nom adresse complète et éventuellement email (pour être informé de l'expédition)

- disponible en librairie chez Dialogue à Morlaix et Brest, espace culturel Leclerc de Brest, Gwennili Café-Librairie au Faou...


- version digitale réservée 

Pour les journalistes, vous pouvez demander une version digitale gratuite (faire la demande par courriel à MonsieurBrocanteur@gmail.com




jeudi 19 août 2021

La face sombre du parcours chaotique du Lieutenant-Colonel Leon G. Turrou (1895-1986)

 Leon G.Turrou (1895-1986)


Après la consultation de nombreux documents d’archives, de livres, journaux, témoignages de personnes qui ont fréquenté Leon Turrou, il se dessine un portrait peu flatteur du personnage. Il apparaît comme menteur, affabulateur, falsificateur, affairiste, voleur et escroc. Son parcours chaotique d'aventurier à travers plusieurs continents (Russie, Chine, France, Pologne, Etats-Unis, Egypte...) et plusieurs évènements historiques majeurs expliquent peut-être cela. De peintre en bâtiment, il devient agent du FBI puis termine la seconde guerre mondiale avec le grade de Lieutenant-Colonel au sein du CID (Intelligence militaire). Il quitte l'armée en 1949 suite à des faits de corruption. Toute sa vie, il aura conservé le même cap qui est la navigation en eaux troubles.

 

1913


Arrive aux Etats-Unis en provenance d'Allemagne. Occupe divers petits boulots. Il devient peintre en bâtiment.


1916


Quitte les Etats-Unis en direction de la Chine en laissant quelques chèques sans provision derrière lui.


Ensuite, il s'engage probablement dans l'armée Russe blanche lors de la guerre civile.

1918


Indique avoir rejoint la Légion étrangère en France et avoir combattu pendant la première guerre. Il n’y a aucune trace, c’est même en contradiction avec ses déplacements en Russie et Chine.


Indique avoir reçu des médailles et décorations pour ses états de service. Après recherches, il s’agit d’affabulation


1919


Laisse sa femme enceinte avec 1 enfant d’un an en Chine et part s’installer aux Etats-Unis. Il indique ensuite avoir perdu le contact avec sa famille. Il pensait qu'ils avaient été massacrés par les rouges.

Arrive fin 1919 aux Etats-Unis via Le Havre en provenance de Shanghaï.


1920

 

Il mène une vie au jour-le-jour plutôt dissolue à New York. 

 

1921


Il s'engage dans les marines.

Affaire Viviani, Turrou prétend avoir déjoué un complot concernant l’ancien président du conseil René Viviani en déplacement à Washington. L’enquête de police ne permettra pas de confirmer cette version.


Nombreuses inexactitudes, fausses déclarations sous la foi du serment pour obtenir la nationalité US. Par exemple, dans la Déclaration d’intention, il indique ne pas être marié alors qu’il est bien marié depuis octobre 1917 avec 2 enfants.



1922-1923

 

Il part en octobre 1921 à Moscou pour occuper diverses fonctions au sein de l'ARA (American relief Administration).

Il est accusé par son employeur d’avoir fait sortir sans autorisation des objets d’un entrepôt dont il avait la responsabilité. Ces objets ne sont pas retrouvés.


Achat par chèque d’une montre en platine et de bijoux en diamants en Russie. Les diamants ont été certifiés. Après avoir quitté le pays, Turrou fait une fausse déclaration indiquant que le chèque a été volé et sa signature contrefaite. Lors d’une investigation faite par son employeur, il indique qu'il ne s'agissait pas de diamants mais des saphirs. Il n'apporte aucune preuve ou expertise permettant de prendre au sérieux ses allégations. Ensuite, il indique avoir retourné les bijoux, là encore, il est incapable de prouver ses dires. En tout cas, il est avéré que la montre et les bijoux n’ont jamais été retournés.


IOU Janicki (I Owe You) : fait une fausse reconnaissance de dette au nom d’un de ses anciens collègues dont il a subtilisé les cartes de visite.


Accusé d'un trafic de passeport, enquête du CID (Intelligence militaire)


Falsifie un document officiel en modifiant la date.


Affaire Seznec : Turrou est fortement suspecté d’être l’américain qui a monté cette affaire de Cadillac vers la Russie des Soviets et il aurait arnaqué Pierre Quéméneur et Guillaume Seznec. Parallèlement, à la même époque, il est accusé d’avoir détourné $ 6000 soit 100 000 FF et d'avoir dépensé l'argent à Monte-Carlo. 


Emprunte $ 400 à un ami mais ne rembourse pas.


1925

 

Monte un business d'import de champignons polonais lyophilisés "L&M Mushroom". Il part en Europe fin 1924. Il revient en février 1925. Turrou lui-même qualifiera cette expérience de "calamiteuse". Il écrit à Hoover indiquant qu'il est retourné en Russie pendant ce voyage.


1925-1928

 

Travaille comme vendeur dans un grand magasin, Macy's puis à la poste centrale de New York.

 

1929


Nombreuses fausses déclarations sur son CV pour des entretiens d’embauche. Finalement, il est recuté au FBI suite à l'élection d'Hoover et grâce à des lettres de recommandation.


1934

 

Participe à l'arrestation d'Hauptmann ayant kidnappé et tué le bébé Lindbergh.


1937


Bien qu’agent du FBI assermenté, il fait une fausse déclaration d’accident et tentative de fraude à l’assurance


1938

 

Procès des espions nazis

Divulgue des informations confidentielles sur une enquête en cours dans le but de vendre des révélations à un journal. Il est viré du FBI sans indemnité, ni droit à la retraite.

Nombreux mensonges concernant sa biographie délivrés sous serment devant le tribunal de New York.


1939

 

Sortie du film de la Warner sur les espions nazis tiré du livre de Leon Turrou, espions nazis aux Etats-Unis.

Sortie du film à Paris. Turrou se présente à la presse française comme  le chef du contre-espionnage américain. Faux attentat contre Turrou dans des conditions similaires à l’affaire Viviani. La sûreté Nationale ne trouve aucune trace du complot qui ressemble plutôt à une plaisanterie.


1945-1946

 

Selon un document du CID (Intelligence Militaire) en date du 5 juin 1946, Turrou est considéré comme incompétent, lâche et menteur pathologique. Dans le même document, il est fait état d'un versement de $ 11 000 pour obtenir un grade d'officier. Par ailleurs, Turrou n'est apprécié de personne.

 

1948

 

Il est officier en charge de faire des investigations auprès de la commission de liquidation des stocks de guerre en France. Il est impliqué dans des activités illégales.

 

1949

 

Quitte l'armée

Publie ses mémoires "Where my shadows falls". Le livre est traduit en français "J'étais un G. Man". Il s'agit essentiellement plus de l'auto-glorification qu'un témoignage historique.

Propage des thèses complotistes sur la survie d'Hitler. 


1951

 

Commission d'enquête parlementaire du Congres des Etats-Unis sur un trafic de véhicules et de pièces détachées lors de la liquidation des surplus de l'armée en 1947-1949. Le nom de Turrou est mentionné a de nombreuses reprises pour avoir reçu des pots de vin en lien avec les activités d'un homme d'affaires véreux. Ce dernier a obtenu un quasi monopole de l'achat de surplus américains en Europe portant sur des centaines de millions de dollars.

 

1954


Turrou est impliqué dans l’affaire Onassis et le versement de pots de vin à l’Arabie Saoudite. Il se livre à un trafic de documents compromettants.


A la même époque, lors d’une négociation pour l’achat de matériel de pipe-line, il se fait verser une commission occulte sans que son employeur, Getty Oil, ne soit informé. Le milliardaire, Jean-Paul Getty qui avait promis de lui verser 1 million de dollars à son décès, décide finalement de ne rien lui laisser.


1961

 

Turrou décore le futur président de la République, Georges Pompidou, de l'ordre de la croix de Malte.

 

1962

 

Il reçoit une décoration VFW commander in chief's silver award (Veteran of Foreign Wars). A cette occasion, lors de la conférence à Washington devant 500 officiels, les états de service de Turrou sont passés en revue. Etrangement, aucune mention n'est faite de ses supposés exploits ou décorations obtenus lors du premier conflit mondial.

 

Le directeur du FBI considèrera toute sa vie Turrou comme une personne non fiable. Il était très bien informé.


Bien entendu, cette liste est non exhaustive. Toutes ces informations viennent des archives du FBI, d'archives déclassifiées du CID, d'archives du département d'Etat, d'archives du fonds Hoover, de livres notamment sur J.P. Getty, de journaux d'époque...  

Vous pouvez retrouver plus de détails dans notre ouvrage  Affaire Seznec : Les archives du FBI ont parlé. Enquête exclusive de Bertrand Vilain.

 

 

Leon G Turrou

 

 
Nouvelle version corrigée, revue, augmentée en 2021

Pour commander : 

- visitez notre page de vente avec une petite vidéo et paiement sécurisé :

 
ou

https://www.etsy.com/fr/listing/778890531/affaire-seznec-les-archives-du-fbi-ont


- version livre broché en payant par chèque de 19,80 € plus 4,67 € de port soit un total de 24,47 € (à l'ordre de Bertrand Vilain)

adressé à :

MonsieurBrocanteur éditeur
Moulin de Saint Eloy

29460 Saint Eloy

indiquez votre prénom/nom adresse complète et éventuellement email (pour être informé de l'expédition)

- disponible en librairie chez Dialogue à Morlaix et Brest, espace culturel Leclerc de Brest, Gwennili Café-Librairie au Faou...


- version digitale réservée 

Pour les journalistes, vous pouvez demander une version digitale gratuite (faire la demande par courriel à MonsieurBrocanteur@gmail.com

 

 ©2021 MonsieurBrocanteur & Bertrand Vilain (reproduction interdite)

samedi 14 août 2021

"Mille ans à Bouhet, vols et escroqueries" E. Bonnet

Un intéressant ouvrage écrit par E. Bonnet avec des informations et recherches sur l'affaire Seznec et notamment Hélène Conogan, de l'hotel Nourisson.


Mille ans à Bouhet, vols et escroqueries E. Bonnet

 

Pour télécharger le livre, cliquez ici

jeudi 15 juillet 2021

Bertrand Vilain Les archives du FBI ont parlé : édition passée, présente et future

Version 0 digitale : février 2020 

Une pré-version digitale de l'ouvrage "Les archives du FBI ont parlé" s'est retrouvée sur le site Amazon Kindle au mois de février 2020. Cette version non-finalisée n'était pas destinée à la vente. Si par mégarde, vous avez acquis un exemplaire, vous pouvez recevoir gratuitement la dernière version mise à jour, en faisant la demande à :

monsieurbrocanteur@gmail.com (Merci de fournir une preuve d'achat)

Par ailleurs, suite à de nombreux problèmes avec la plateforme Amazon ainsi que des couts prohibitifs, nous n'utilisons plus ce service. La valeur ajoutée apportée par Amazon dans la diffusion d'un ouvrage comme celui-là sur l'affaire Seznec est quasi-nulle. L'idée de reverser une redevance au milliardaire Jeff Bezos qui  échappe largement à l'impôt nous semble indécente.

Enfin, face à un trafic de versions anciennes piratées organisé par un blog, la version digitale n'est plus disponible.

Version 1.0 : mars - décembre 2020

Version disponible uniquement au format livre-papier par commande chez l'éditeur ou dans certaines librairies (liste évolutive).

Version 1.1 : décembre 2020 à aujourd'hui

Suite à la réimpression du livre, une version revue, mise à jour et augmentée V1.1 est disponible à la vente depuis décembre 2020. Il y a de nombreux ajouts comme la publication du dossier Turrou des archives Nationales et sa mise en perspective.

De plus, une personne citée dans la version précédente a demandé à ce que son nom n'apparaisse plus. L'apport de cette personne à l'enquête est négligeable et anecdotique. Bien qu'il n'en soit pas obligé légalement, l'éditeur a accédé à la requête. Il faut souligner que la personne en question est en relation avec la famille Turrou et elle a pour mission de réhabiliter la mémoire de Leon Turrou. Ils estiment que ce dernier a été injustement mis en cause après la publication du livre de Bertrand Patenaude : "Big show in Bololand" en 2002 et aussi par notre livre. Les faits sont têtus et Bertrand Vilain, à la lumière de nombreuses archives partage le même regard que Bertrand Patenaude sur le personnage qui a une personnalité complexe et parfois double. Bien entendu, comme le souligne Rhodri Jeffreys-Jones,  auteur "Ring of spies", Turrou a pu commettre des actes répréhensibles dans sa jeunesse, cela n'occulte en rien ses qualités comme agent special du FBI notamment dans l'affaire des espions nazis ou son action comme Lieutenant-Colonel au sein du CID pendant la seconde guerre. 

Version 1.2 : sortie prévue au mieux fin 2021

Une nouvelle mise à jour est prévue si le résultat de recherches actuellement en cours le justifie.

- demande d'extradition d'un suspect étranger en relation avec l'affaire Seznec

- Recherche supplémentaires dans les fonds d'archives suivants :

        division criminelle du ministère de la Justice

        ministère des Affaires Etrangères

        ambassade des Etats-Unis en France 

        Departement d'Etat 

        archives personnelles de Myron T. Herrick

- recherche du dossier Turrou fonds d'archives Russes, (accès très difficile)

- recherches supplémentaires en vue de la constitution d'un dossier pour une éventuelle demande de révision


Bertrand Vilain : Les archives du FBI



Liste de passagers du SS Berengaria Départ New York 15 mai 1923, Arrivée Cherbourg 21 mai 1923

Dans le cadre d'une possible nouvelle demande de révision exprimée par Denis Seznec, j'effectue des recherches complémentaires pour ...