mercredi 23 juin 2021

Eléments pour une nouvelle demande en révision de l'affaire Seznec

Dans la perspective d'une demande de révision, je livre quelques éléments de réflexion. Mes travaux et recherches sur cette affaire de Cadillac avec la Russie des soviets en mai 1923 reposent sur des éléments solides, incontestables et vérifiables. Cela n'a pas toujours été le cas des précédentes demandes de révision. 

Nous savons avec certitude qu’il y a bien eu une « affaire de Cadillac » avec la Russie des Soviets en mai 1923. Cette affaire a été réalisée par le colonel Haskell, chef de l’ARA à Moscou et le représentant de la GPU de Dzerjinski (ancêtre du KGB), Karl Lander assisté de Volodin. Officiellement, ces Cadillac devaient servir au ravitaillement mais en réalité, elles ont été intégrées au parc automobile de la GPU pour servir au transport des dignitaires soviétiques. Ce marché de Cadillac en mai 1923 est le seul jamais réalisé pour des véhicules de cette marque. Il n’y en a pas eu avant, ni après cette date. Ces faits sont relatés par Bertrand Patenaude, historien, enseignant chercheur à l'Université de Stanford en Californie dans son livre "The big show in Bololand". Ses travaux sont basés notamment sur les archives du fonds Hoover. A l'écriture de son livre, Bertrand Patenaude n'avait pas connaissance d'archives du FBI. Je lui ai transmis une copie de ces archives que je détenais de Rhodri Jeffreys-Jones, historien à l'Université d'Edimbourg en Ecosse. Ce dernier travaillait sur l'écriture d'un livre sur Léon Turrou dans les années 1938-39 alors agent du FBI en charge d'un réseau d'espions nazis aux Etats-Unis.

Pierre Quéméneur a indiqué à son banquier qu'il avait été mis au courant d'une affaire de Cadillac suite à une annonce parue dans un journal. En effet, il existe une annonce passée dans le journal français L’AUTO du 7 et 9 février 1923 pour l’achat de 10 Cadillac torpedos. Cette annonce est la seule qui correspond à la description faite par Pierre Quéméneur concernant le nombre de véhicules, le type de véhicule et la date. Le contact est un certain O.I.R. qui n'apparait pas dans le dossier d'instruction. Ce qui est assez surprenant pour un élément de cette importance.

Un américain d’origine russe, Léon G. Turrou, travaillant comme traducteur pour l’American Relief Administration à Moscou de 1921 à 1923 est présenté par ses supérieurs hiérarchiques comme un petit escroc et un affairiste. Il est même suspecté de travailler pour les Russes. On retrouve son passage sur les mêmes lieux et aux mêmes dates que l’affaire Seznec. Un ami de Léon Turrou, Davidowsky, indique sur procès-verbal du FBI que ce dernier est venu en France vers 1923 pour monter une arnaque et qu'il a mené grand train à Monte-Carle. La description de l’américain Charly faite par Pierre Quéméneur correspond exactement à Léon Turrou. 

Guillaume Seznec donne des détails sur l’affaire de Cadillac qu’il était impossible d’inventer comme par exemple l’utilisation de Cadillac pour le ravitaillement. 

Tous ces éléments et d’autres longuement détaillés dans mon livre "Affaire Seznec : Les archives du FBI ont parlé"  MonsieurBrocanteur éditeur me conduisent à la certitude qu’il y a bien eu une affaire de Cadillac, que Léon Turrou a bien tenté de se procurer des exemplaires de ce véhicule pour le compte des Russes et que finalement, il a conservé l’argent pour lui. 

A cela, s’ajoute le témoignage de Petit-Guillaume, fils ainé de Guillaume Seznec indiquant que Pierre Quéméneur est revenu à Morlaix vers le 26-27 mai 1923. Il n’y a pas de preuves matérielles pour confirmer ce témoignage mais il n’y a aucun élément sérieux et objectif permettant de douter de sa véracité, ni de sa sincérité. 

Il est clair que l'accès aux archives de la GPU permettrait d'en connaitre davantage sur le rôle de Turrou dans cette affaire de Cadillac. Le responsable de l'ARA, Walter Brown, parle d'un Russe peu recommandable proche de responsables de la GPU qui était en affaires avec Léon Turrou. Ce dernier l'aurait arnaqué pour une triste et sombre histoire de diamants et de bijoux. Y a t'il eu une tentative de manipulation de la part des services secrets Soviétiques ou s'agit-il uniquement d'initiatives individuelles ?

Toujours est-il qu'une demande de révision basée sur ces éléments et d'autres actuellement non divulgués aurait des chances d'aboutir. 

 

 Felix Dzerjinski dans une des Cadillac achetée par la GPU en mai 1923

lundi 14 juin 2021

Les grandes dates de l'affaire Seznec depuis la dernière demande de révision en 2006

La dernière demande de révision a été rejetée en 2006. Nous pensions à l'époque que l'affaire Seznec était définitivement clôturée et quelle était entrée dans l'histoire. Pourtant, depuis cette date, notre vision de l'affaire a été complètement chamboulée.

En 2008, Albert Baker et Bertrand Vilain publient un ouvrage où ils démontrent qu'un vaste de trafic de Cadillac impliquant les plus hautes autorités de l'Etat n'avait jamais existé. Ce point avait été éludé dans l'arrêt du 14 décembre 2006. La réponse de la cour de Cassation était très insuffisante.

En 2015, l'ancien avocat de la famille Seznec, Denis Langlois révèle que Pierre Quéméneur est décédé à Morlaix suite à une tentative d'agression sur Marie-Jeanne, la femme de Guillaume Seznec. Elle se serait défendue. Denis Langlois rapporte le témoignage du fils de Guillaume Seznec, Petit-Guillaume qui a assisté à la scène.

 En 2018, des fouilles dans l'ancienne habitation des Seznec à Morlaix sont organisées par une équipe de bénévoles. Il s'agit de vérifier un détail du témoignage de petit Guillaume indiquant que des travaux avaient été réalisés à cette époque dans une espèce de cellier. Les fouilles n'ont pas donné de résultats probants.

Suite à ces fouilles, les enfants de Petit-Guillaume, Jean-Yves et Gabriel confirment le témoignage de leur père devant les caméras d'Anne-Sophie Martin. Cela fera aussi l'objet d'un livre, "Le Grand Secret". 

Dans la foulée, l'historien et diplomate Michel Pierre publie un livre, "L'impossible innocence". Cet ouvrage retrace l'histoire de l'affaire Seznec sans rien apporter sur le fond de l'affaire. Lors d'une rencontre à Quimper, j'avais indiqué à Michel que la façon dont il éliminait le témoignage de Petit-Guillaume manquait, à mon sens, de sérieux et de rigueur.

En 2020 et 2021, Bertrand Vilain publie le résultat de ses recherches effectuées aux Etats-Unis : "Les Archives du FBI ont parlé". L'ouvrage apporte la preuve irréfutable qu'en mai 1923, il y a bien eu une affaire de Cadillac qui ont été vendues par une organisation américaine, l'ARA, aux services secrets de la Russie Soviétique de Dzerzinski. Des archives du FBI montrent qu'un escroc américain d'origine russo-polonaise, Léon G. Turrou, travaillait comme traducteur à Moscou pour l'ARA notamment auprès de la Tchéka, qu'il avait monté une arnaque en France en 1923 et qu'il avait quitté la France en juillet 1923 pour retourner aux Etats-Unis sur le Transatlantique Berengaria. Ce même transatlantique était arrivé à Cherbourg, le 21 mai 1923 à 16h00. L'affaire Seznec commençait le même jour à 21h00. 

En 2021, Denis Le Her Seznec a montré de l'intérêt pour l'ouvrage : "Les archives du FBI ont parlé". Il envisage une nouvelle demande de révision qui pourrait être basée en partie sur le livre et les archives. Guillaume Seznec a bien dit la vérité sur l'affaire de Cadillac. Il donne de nombreux détails que seule une personne en lien avec la Tchéka pouvait connaitre. Pierre Quéméneur a été la victime d'une arnaque orchestrée par Leon G Turrou. Le doute est suffisant aujourd'hui pour réussir à convaincre la chambre de révision.

L'affaire Seznec n'est donc pas terminée. Aux dernières nouvelles et comme il l'a déjà communiqué, Denis Le Her Seznec est, avec son avocat, toujours dans une phase de réflexion pour trouver le meilleur angle face à la justice. Les problèmes de confinement liés au covid ont occasionné du retard.

J'espère que le point final de cette affaire sera donné par la cour de Cassation en reconnaissant que le jugement de 1923 est entaché d'irrégularités et que le doute n'a pas bénéficié à l'accusé. 

Le livre écrit par Bertrand Vilain, "Affaire Seznec : Les archives du FBI ont parlé" publié chez MonsieurBrocanteur éditeur retrace cette passionnante enquête. 


Pour commander : 

- visitez notre page de vente avec une petite vidéo et paiement sécurisé :

 
- version digitale au format pdf téléchargeable immédiatement  :

https://www.etsy.com/listing/900265824/version-digitale-affaire-seznec-les

- version livre broché en payant par chèque de 19,80 € plus 4,67 € de port soit un total de 24,47 € (à l'ordre de Bertrand Vilain)

adressé à :

MonsieurBrocanteur éditeur
Moulin de Saint Eloy

29460 Saint Eloy

indiquez votre prénom/nom adresse complète et éventuellement email (pour être informé de l'expédition)

- disponible en librairie chez Dialogue à Morlaix et Brest, espace culturel Leclerc de Brest, Gwennili Café-Librairie au Faou...


- version digitale réservée 

Pour les journalistes, vous pouvez demander une version digitale gratuite (faire la demande par courriel à MonsieurBrocanteur@gmail.com




 

 


samedi 6 mars 2021

Affaire Seznec : les archives du FBI ont parlé de Bertrand Vilain

On parle du livre "Affaire Seznec : les archives du FBI ont parlé" :


Affaire Seznec Le Télégramme Le Figaro Le Parisien


Bonjour

Je suis Bertrand Vilain, brocanteur Finistérien, et je viens de publier un nouvel ouvrage sur la mystérieuse affaire Seznec. Ce livre est un spectaculaire dénouement de cette affaire qui a marqué l'histoire de la justice française. Un cold case vieux de bientôt 100 ans est sur le point de trouver enfin sa solution. J'ai enquêté en France et aux Etats-Unis. J'ai été autorisé à consulter des archives américaines et notamment celles du FBI et du fonds Hoover à l'université de Stanford en Californie. Ce que j'ai trouvé est tout simplement fabuleux.

Cette affaire criminelle se situe dans la France des années 20 au sortir de la première guerre mondiale. Deux commerçants bretons, Pierre Quéméneur et Guillaume Seznec partent de Bretagne pour aller à Paris au volant d'une Cadillac Torpédo. Pierre Quéméneur disparait et ne donnera plus jamais signe de vie. Guillaume Seznec est accusé du crime.

La police judiciaire autrement dit la Sureté Générale enquête mais ne trouvera jamais de cadavre. Guillaume Seznec affirme qu'ils allaient à Paris pour mettre en place un commerce de Cadillac vers la Russie des Soviets. Pierre Quéméneur avait rendez-vous avec un mystérieux Américain intermédiaire appelé "Charly". La justice ne trouve pas de traces de cet Américain et affirme que Seznec a menti.

Pourtant, après plusieurs années de recherche, j'ai réussi à mettre au jour cette affaire de Cadillac qui a bien eu lieu en mai 1923. J'ai aussi retrouvé le fameux américain, le soi-disant "Charly" et qui avait rendez-vous avec Quéméneur le samedi 26 mai 1923 à Paris. Cette enquête mêle la grande histoire avec la famine en Russie de 1921-1923, Lénine, Dzerjinski, le chef de la Tcheka, police secrète Soviétique mais aussi l'ancien président des Etats-Unis, Herbert Hoover ainsi que le patron du FBI, Edgar Hoover. Toute cette affaire est le plus incroyable roman d'espionnage et policier du XXe siècle et tout est vrai.

Seznec a bien dit la vérité. Il est maintenant prouvé qu'il est innocent du crime qui l'a vu condamné au bagne à perpétuité par la Cour d'Assises de Quimper en 1924. La justice et la police ont commis une erreur. Cette affaire retentissante est même devenue le symbole de l'erreur judiciaire. Elle reste toujours d'une brulante actualité sur les certitudes de la police et de la justice française.


Affaire Seznec Bertrand Vilain
Affaire Seznec : Les archives du FBI ont parlé Bertrand Vilain MonsieurBrocanteur


Bertrand Vilain, brocanteur breton à l'international, partage sa vie entre le Finistère et le Texas. Il est passionné par l'affaire Seznec depuis 2006. Il a déjà écrit un ouvrage publié en 2011. En 2018, avec Denis Langlois et une équipe de bénévoles, il a coordonné des fouilles privées à Morlaix dans l'ancienne scierie de Seznec. Il a participé à plusieurs reportages TV sur planète +, France 2, France 3. Il a fait l'objet de nombreux articles de journaux.

Affaire Seznec Franc2 France 3 Planête +

Nouvelle version corrigée, revue, augmentée en 2021

Pour commander : 

- visitez notre page de vente avec une petite vidéo et paiement sécurisé :

 
ou

https://www.etsy.com/fr/listing/778890531/affaire-seznec-les-archives-du-fbi-ont


- version livre broché en payant par chèque de 19,80 € plus 4,67 € de port soit un total de 24,47 € (à l'ordre de Bertrand Vilain)

adressé à :

MonsieurBrocanteur éditeur
Moulin de Saint Eloy

29460 Saint Eloy

indiquez votre prénom/nom adresse complète et éventuellement email (pour être informé de l'expédition)

- disponible en librairie chez Dialogue à Morlaix et Brest, espace culturel Leclerc de Brest, Gwennili Café-Librairie au Faou...


- version digitale réservée 

Pour les journalistes, vous pouvez demander une version digitale gratuite (faire la demande par courriel à MonsieurBrocanteur@gmail.com




vendredi 5 mars 2021

Une autre histoire de Claudine Jourdan aux éditions Le Lys Bleu

Un nouveau livre écrit par Claudine Jourdan et inspiré de l'affaire Seznec vient juste d'être publié aux éditions Le Lys Bleu.

Il s'agit d'un roman policier et d'un ballade personnelle dans la psychologie des personnages de l'affaire Seznec. Le fils du condamné donne sa version des faits. Le comportement des protagonistes semble irrationnel sauf à chercher les motivations profondes des uns et des autres.


Une autre histoire

 Une autre histoire Claudine Jourdan

 

Livre référencé sur la base des libraires Dilicom. Il peut aussi être commandé sur Amazon, La Fnac et chez l'éditeur.

Joséphine Baker et le Berengaria

En lisant la biographie de Josephine Baker (de son vrai nom, Freda Josephine McDonald), je me suis aperçu qu'elle était arrivée en Franc...